Découvrir l'application

le magazine nocturne de référence

La nuit vous appartient

Retour

Dis moi ce que tu bois et je te dirais qui tu es

Dis moi ce que tu bois et je te dirais à quelle classe socio-alcoolique tu appartiens.

Au même titre que “On est ce que l’on mange”, ce que l’on boit nous définit jusque dans notre “moi” le plus profond. Au delà de simples préférences gust-hâtives, vos habitudes de soifard en disent beaucoup sur l’animal que vous êtes.

 

1. La bière

Quand on aime, on ne compte pas. C’est ce que diront tous les fidèles consommateurs de bière, la tête totalement immergée dans leur 3ème pinte parce que les 2 premières leur auront coûté un bras chacune. Vous êtes des passionnés de la débauche, que même un vomi stratégiquement largué dans les toilettes ne saurait arrêter. Pour vous la fermeture du bar ne veut pas dire “Rentrez chez vous” mais “On a des gobelets en plastique, il est l’heure de prendre des pintes à emporter”.


 

2. Le vin

Que ta préférence aille vers le rouge, le blanc ou le rosé, tu as sûrement déjà saliver à l’idée d’une vie de Desperate Housewives à Wisteria Lane. Pour toi, rien ne vaut un verre de Chardonnay. Pourtant en soirée, tu t’imbibes du pipi de chat que tu choppes pour pas cher à l’épicerie du coin. Tu joues les fines bouches et méprise les consommateurs d’alcool fort parce que, être de lumière que tu es, tu disposes d’un tel degré de subtilité que ces sauvages aux goûts farfelus ne peuvent te comprendre. God bless the wine.


 

3. La vodka

Félicitations, vous avez un point commun avec Vladimir Poutine et celui-ci n’est pas de chevaucher des ours. Vous êtes de sacrés fêtards à qui faire des kilomètres en scooter à 3 heures du matin pour acheter une bouteille de Poliakov ne fait pas peur. La vodka est pour vous une eau bénite avec laquelle vous aimeriez vous faire baptiser tous les jours si cela était possible. Dommage que Jésus, pouvant transformer l’eau en vin, ne vous ait pas eu à ses côtés, l’épisode de la Croix n’aurait été qu’un mauvais moment à passer !

 

4. Le gin

Que dire de vous pretty madafuckas et de votre amour pour un white-spirit contenant juste assez peu d’hydrocarbures pour que sa consommation ne soit pas dangereuse pour la santé ? Vous avez beau le mélanger avec le jus de pomme ou le tonic que vous voulez, votre crime n’en est pas plus excusable. Vous êtes le goût du risque, c’est certain. Mais le bon goût vous échappe. A toi consommateur de gin qui lit ses lignes, nous souhaitons misère et désolation.


 

5. Le whisky

Boisson du gentleman moderne. Le whisky et sa somptueuse robe brune ont toujours su rassembler les grands de ce monde autour d’une cause noble : l’ébriété. Le buveur de whisky a des principes, exemple : ne pas mélanger son élixir de joie avec n’importe quoi (avant 4 heures du matin). Vous pouvez compter sur les braves gaillards que sont les adorateurs de whisky pour festoyer jusqu’au bout de la nuit mais attention !

Une fois à court de boisson, ils peuvent se montrer grincheux, voire grivois. Néanmoins ils sauront se rabattre sur un autre alcool même si, avec du whisky la fête est plus folle.


 

666. Le rhum

Remontant favori des pirates et autres démons de minuit, le rhum se doit d’être consommé par des individus jouissant d’une certaine, que dis-je CONSIDÉRABLE, expérience avec la sainte bouteille. On peut le comparer à l’absinthe étant donné les délires et processus créatifs biscornus qu’il peut provoquer une fois consommer sans la moindre modération.

La rhum est l’alcool de ceux capable de tenir debout même quand leur psyché et les éléments se combinent, puis s’acharnent pour les faire tomber. Ils sont une espèce qui devient plus forte à chaque fois qu’elle frôle le coma éthylique.


 
 
 
Partager sur :

Erreur !

Une erreur est survenue.

Oups !

Votre adresse email est invalide.

Bravo !

Vous êtes inscrit sur la liste des Insomniaks.

Oups !

Il semble que votre adresse email soit déjà enregistrée.