Découvrir l'application

le magazine nocturne de référence

La nuit vous appartient

Retour

Les différents types de noctambules du plus coquet au plus coké

Dans un environnement nocturne propice à tous les vices et excès, une faune toujours plus exubérante a élue domicile. Elle prend un malin plaisir à s’adonner à nombre de perversions en son sein, négligeant toutes règles de bienséance.

Voilà leurs histoires. TIN TIN.

 

1. Le fleur bleue

Dès que les premières chaleurs estivales font leur apparition, la fleur bleue s’empresse d’aller pique-niquer en bord de Seine ou dans les parcs toujours ouverts une fois le soleil couché. La fleur bleue est reconnaissable à ses polos et chemises couleur pastel, ses shorts beiges, ses chaussures transgenres et la marguerite qu’il porte au coin supérieur de l'oreille. Les lunettes qu’il a sur la tête ne sont pas là pour protéger ses yeux des rayons du soleil mais, pour maintenir sa chevelure soyeuse et fraîchement shampouiner. Il aime philosopher à propos de tout mais surtout de rien. Personne ne le comprend vraiment mais “Damn, ce qu’il est profond et spirituel…”.

 Il n’aime pas rentrer tard parce que ça lui fait manquer son compte de sommeil. Ce qui lui causerait des cernes. Et le fleur bleu n’aime pas ça les cernes.

 

2. Le métrosexo-beauf

Entre un épisode des Marseillais et une séance consacrée à bosser les triceps à la salle de sport, le métrosexo-beauf aime s’offrir du bon temps pour sortir et faire des rencontres. Le V que forme son col signifie “Victoire” oui, mais de qui ? Peut être des repousses pileuses qui commencent à voir le jour sur son torse. La métrosexo-beauf adore les boîtes de nuit, surtout quand il s’agit d’y dépenser un maximum d’argent pour se faire remarquer.

Mais après tout… Si personne ne remarque les UV qu’il a fait la veille, à quoi bon sortir ?

 

3. L’homo-noctambulus

Ni trop coquet ni trop coké, l’homo-noctambulus est le fêtard originel. Le patient 0. C’est de lui que découlent tous les autres sortes de noctambules et il est le seul à pouvoir tous les croiser au cours d’une même soirée. Grâce à l’adaptabilité que lui confère son yin et la tolérance que lui octroie son yang, une souche de cette espèce a pu perdurer malgré le développement de sous-espèces.

La plupart des noctambules appartiennent à ce groupe, ce sont des fêtards motivés par l’amusement au sens large et ne répondant pas à des caractéristiques prédéfinis.

 

4. Les mines-au-corps

Comme le minotaure de la Grèce Antique, les mines-au-corps évoluent dans un labyrinthe. À part que, le leur n’est pas constitué de murs de pierres mais de boissons alcoolisées et/ou de drogues plus ou moins psychédéliques dont ils se gavent une fois que le soleil est englouti par l’horizon. Vous les croiserez toujours dans un sale état mais bel et bien conscient. La débauche leur va si bien qu’il la considère comme un exutoire mais ne réalisent pas que du labyrinthe dont ils pensent être les maîtres, ils sont prisonniers.

5. Les passe-milles-railles a.k.a anges blancs

Les anges blancs sont des individus qui, même chargés comme de mule, paraîtront toujours tout ce qu’il y a de plus clairs. Comme de l’eau de roche. Ils ont une entière maîtrise d’eux-mêmes en toute situation et resplendissent grâce à l’apparente blancheur de leur âme. Vous savez qu’ils s’en mettent plein le nez et pourtant vous ne remarquez rien. Magicien irresponsable n’a jamais été aussi puissant depuis Copperfield. Peut être dans une autre vie étaient-ils des mutants, sauvant le monde aux côtés du Professeur Xavier, WHO KNOWS.

S’ils le pouvaient, ils se baladeraient en toge blanche parmi les mortels et exigeraient un baisemain de tous ceux ayant le malheur de croiser leur chemin.

 

 
 
 
 
 
Partager sur :

Erreur !

Une erreur est survenue.

Oups !

Votre adresse email est invalide.

Bravo !

Vous êtes inscrit sur la liste des Insomniaks.

Oups !

Il semble que votre adresse email soit déjà enregistrée.